FAUT-IL DESOBEIR POUR REPONDRE A l'URGENCE ECOLOGIQUE ? 6 JUIN 2019

Réflexions sur la désobéissance civile en démocratie

PROGRAMME                                      VIDEO DE LA SOIREE

Organisé et animé par les auditeurs du Collège des transitions sociétales

La communauté scientifique internationale nous alerte régulièrement et depuis longtemps sur les questions de climat et de biodiversité avec, au fil de leurs travaux, un constat de plus en plus alarmant. Les évènements climatiques extrêmes annoncés sont désormais visibles, comme ceux vécus en 2018, en France comme dans d’autres parties du globe : canicules et inondations au Japon, incendies en Californie, canicule en Suède, la « pire sécheresse » en Australie et l’une des pires en Argentine..., la liste est longue.

Il semble que « nous assistions à la gestation d’une tragédie bien annoncée dans une forme d’indifférence »1, avec une inaction collective, qu’il s’agisse des gouvernants mais aussi de la société civile peu présente malgré un foisonnement d'initiatives locales. Les « petits pas » que nous faisons, aussi importants soient-ils, ne sont visiblement pas à la hauteur des enjeux qui interrogent nos modes de production et de consommation, mais aussi nos représentations, nos rapports au monde.

Combien de temps alors pourrons-nous nous accommoder de ces « petits pas » ? Quelle position individuelle et collective prendre lorsque des décisions de court terme prévalent majoritairement sur les enjeux de moyen et de long terme, et préemptent ainsi l’avenir ? La désobéissance civile, comme l’ont exercé Henri Thoreau, Gandhi ou encore Martin Luther King est-elle une voie à suivre, à s'approprier collectivement ? Que recouvre vraiment l’acte de désobéissance civile et quels en sont les mécanismes ? La violence en fait-elle partie ? La légalité de la loi, issue de la démocratie représentative, est-elle une ligne rouge à ne pas franchir ... en démocratie ? La désobéissance civile relève-t-elle d’un acte de délinquance condamnable ou de résistance civile salutaire nourrissant nos démocraties ?

Telles sont les questions explorées cette année par les 21 auditeurs de la session 2018-2019, au travers des rencontres, des lectures et des échanges.

1 Nicolas Hulot, 28 août 2018, France Inter